Album photos du vieil Oran وهران

oran00

oran0

oran1

oran2

oran3

oran4

oran5

oran6

oran7

oran8

oran9

oran10

oran11

oran12

oran13

oran14

oran15

oran16

oran17

oran18

oran20

oran18a

oran19

oran21

oran22

oran23

oran24

oran25

oran-ain turk0

oran-lycée pasteur.2jpg

oran-lycée pasteur.3jpg

oran-lycée pasteur.4jpg

oran-lycée pasteur

oran-lycée pasteur1

oran-lycée pasteur1a

oran-lycée pasteur1b

———————————————————————————————————————————————————————-

Mémoire de la corniche
=================
"Les Corales"…la belle crique d’antan
===========================
Quelques cabanons construits en lignes dans une crique ont formé"les
Coralettes", on découvre cette plage au détour d’un virage qui sépare la mer
des dunes après la Madrague lieu est à l’abri des vents d’Est et des vents du
Nord.

C’était un paysage à l’état sauvage, d’autres cabanons se dressaient dans les
dunes au milieu de touffes de roseaux sauvages.
Dans cette bourgade,le bar "Henri de la marine" tenait une place de choix pour
les colons de l’époque.

Au fil des années, cette plage a toujours offert un joli panorama, un site
paradisiaque.Ces français goutaient aux bains de soleil et aux poissons
fraîchement péchés oubliant les misères du peuple algérien.
De petites embarcations leurs permettaient de prendre le large et faire des
péches à la palangrotte.

Une communauté assez fermée de familles de colons venaient durant les vacances pour profiter de la mer dans cette dernière pointe rocheuse qui avait aussi le nom de"les Corales".

Puis vint l’indépendance, la majorité des cabanons ont été abandonnés, quelques rares français qui se comptent sur les doigts de la main sont restés,d’autres pécheurs se sont installés, des familles algériennes du vieil Oran qui connaissaient la plage de renom sont venus pour goûter aux charmes de cette crique.

Ils ont gardé la féerie de cette endroit en le laissant sans électricité, la
lampe à pétrole illuminait les soirées d’antan où les vieilles grands mères
racontaient les "mhajiattes" aux enfants.
"Meliani" "Benyoub" "Chahmi" "Ami Ghalem" "Benallou" "Affane" "Mechouda"
"Hakka"autant de noms qui ont formés pendant une décennie une grande famille où durant trois mois ils passaient des moments agréables entre eux.

Les "ados" de l’époque "Mounir","Nakouss","Med Chahmi","Dadi","Salah", "Lamine" avaient leurs soirées avec leurs tourne disque"Teppaz", les tubes de l’époque les faisaient danser.C’était les années 68.

"Kamel" le chef de poste des maîtres nageurs,"les Frères Mérous" "Loy" des pionniers de la protection civile oranaise et algérienne faisaient partie du décor, on ne voyait pas Corales sans eux.

Les enfants jouaient et péchaient à la canne à pèche, ils faisaient des concours de plongeoir dans le 2eme et le 3eme( des plongeoirs improvis suivant le degré de difficulté).Ils participaient aux concours de "Judor";ils participaient aussi aux corvéescomme ramener de l’eau douce où attendre le camion de barres de glaqui venait d’Ain El Turck pour alimenter les glaciaires.

"Zinzou","Rata","Julot""Chaib""Mimoun" de grands pécheurs qui faisaient goûter du poisson frais aux riverains de cette plage.Le poisson se mangeait à toutes les sauces et à tout moment.

"LE TARGUI" le joli palangrier(vert et jaune) de "Hadj Amar Benallou"
(un ancien officier supèrieur de la marine algérienne) était imposant
aux milieu des autres
embarcations, ce vieux loup de mer "Que Dieu l’acceuille dans son
vaste paradis"
a marqué les Corales par ses pèches de grandes pièces qu’il faisait et
de par sa
notoriété au sein des familles de cette plage.
La majorité des pécheurs qui égayait la plage ont quitté cette crique vers la
fin des années 70, les vieux des familles cités ont commencé par prendre de
l’âge et d’autres ont quitté ce bas monde, mettant fin aux bonnes habitudes.
Leurs enfants tant bien que mal ont essayé de maintenir cette gaieté mais hélas
ils n’ont pu faire mieux que les vieux, ainsi commençait à disparaître cette
joie de vivre.
Les années 80 ont été un tournant décisif dans cette bourgade,
l’électricité est
arrivée , des bungalows ont été construit sur la zone dunaire qui donnait du
charme aux Corales.
D’autres constructions ont vu le jour, tous les espaces ont été utilisés, on
construit partout mêmes les rochers sont occupés maintenant par des "sois
disant" cabanons.
Les enfants des anciens venaient de tant à autres, se croisant sur la plage, il
se remémoraient l’ambiance d’avant; en ayant la gorge serré.
Des hôtels ont commencé à pousser comme des champignons:"Le Paradiso"," Les
Corps à l’aise";"Le Voilier",…
C’est devenue en l’espace de quelques années une concentration d’hôtels et
d’appartements à louer obligeant les anciennes familles à vendre leurs cabanons
pour ne plus voir ce spectacle désolant.
Le béton a tout rasé sur son chemin effaçant toute un passé ,toute une
histoire.La plage est occupée par des personnes qui méconnaissent "El Gaada taa
el familiate" ils y ont imposés un autre rythme de vie .
La musique à tue tête du matin jusqu’à une heure tardive de la nuit; "El hechma
rahet"…
C’est devenu le petit port des "Jet Skis"en été et le territoire des
harragas en
hiver.Ainsi va la vie…"les Corales" restera à jamais cette belle
crique sauvage qui a été une des perles d’un collier qui faisait la
beauté des plages de la corniche
oranaise.

Texte de TEWFIK BENALOU

————————————————————————————————-


Blason aux armes d’Oran, détail du plan en 1883

Sid El Houari:

Le quartier historique d’Oran par excellence est Sidi El Houari qu’on appelle aussi « les bas quartiers ». Il est en effet considéré comme « le vieux Oran » et recèle à ce jour l’empreinte des diverses occupations qu’a connues la ville (espagnoles, ottomanes, française).

Le Casino Municipal d’Oran

Taier Derouich, membre du bureau du Syndicat des dockers d’Oran 1952.

Hamani.

La porte du Petit Santon.

Hadefi Mohamed délégué du port.



Oran, Boulevard Malakoff

Oran, Place Kléber

Oran,  rue du Vieux Château

Oran, Rue Philippe

Oran, Rue Philippe

Oran, La manufacture de Tabac Bastos

Oran, Rue de Gênes.

Oran, Rue Adj Chef Pasquier

café de la perle

Oran, Casino Bastrana

Oran, Boulevard Oudinot

Oran, Quartier de la Calere

Oran, les bas cartiers

Oran, la rue d’orleans

Le Bar nautic

Escaliers familia

Escalier Rue de Rome

Ex Rue adjudant chef Pasquier

Les lavoirs de la place des Quinconces

Rue Baenziger

Place de la perle

Place de la République

Place des Quinconces

La Place kleber et la Rue Charles-Quint

Place Kleber

Place des Quinconces

Rue du Port

Rue haute d’orleans

Mosquée du bey, place de la perle

Les portes de la Mosquée du bey, place de la perle

Santa-Cruz vue de la place de la perle

Place de la perle, mosquée du Bey

Mosquée du Bey

Plan d’Oran-1757

CARTE ESPAGNOLE D’ORAN

PLAN DES BAS QUARTIERS D’ORAN

FORTIFICATIONS

PLACE DE LA PERLE

LE PASSAGE BOUTIN SURPLOMBE PAR L’EGLISE SAINT LOUIS

RUE ADJUDANT CHEF PASQUIER

Souiah lahouari figure du mouvement national à oran

VUE DES BAS QUARTIERS D’ORAN EN 2010

Province ou wilaya d’Oran en Algérie en 1883

LA RUE DU VIEUX CHÂTEAU A SIDI LAHOUARI. ELLE EXISTE DEPUIS L’OCCUPATION ESPAGNOLE AU 17ème SIECLE