Alain Chamfort chante l’enfant d’Oran

Si la force de la voix n’a jamais été la caractéristique d’Alain Chamfort, le chic et l’élégance en ont imposé la griffe depuis ses débuts avec Jacques Dutronc.

Privé de maison de disques après la sortie du Plaisir en 2003, le chanteur n’a jamais été en mal de projets : il a enregistré un album surprise en public dans le kiosque à musique du Jardin du Luxembourg, publié une intégrale soignée chez l’indépendant XII Bis Records. Il propose aujourd’hui un album concept, Une vie Saint Laurent, retraçant avec à-propos la vie du couturier. C’est un parcours ardu que de balayer soixante-six ans de vie intense (de la naissance en Algérie en 1936 au retrait de la haute couture en 2002) en quinze chansons, plus un instrumental marqué du jeu délicat de Chamfort-pianiste. Sur le même sujet Plusieurs modèles de robes exposés dans le cadre de l’exposition « Yves Saint Laurent » au Petit Palais (Paris-8e), jusqu’au 29 août 2010. Critique Les blessures fécondes d’Yves Saint Laurent Couverture de l’ouvrage et CD d’Alain Chamfort, « Une vie Saint Laurent » (Albin Michel). Critique Alain Chamfort chante l’enfant d’Oran Blog Yves Saint Laurent : le pouvoir aux femmes Blog Alain Chamfort dans la peau d’Yves Saint Laurent Forum Expositions Blog Amateur d’art Essentiellement écrites par Pierre-Dominique Burgaud, l’auteur du Soldat rose, et composées par Alain Chamfort, ces tranches de vie resserrent le personnage d’Yves Saint Laurent à quelques étapes : petit garçon dans les rues d’Oran qui « trouve sa religion bien loin du Coran, dans les pages des revues mondaines » ; assistant modéliste, avec « un petit bureau à la droite de Dior /Dois-je dire de Dieu ? » (son rock avec une épaisseur très Velvet Underground) ; plus tard, en 1958, Pas de guitare, sobre, à propos de sa rencontre avec Pierre Bergé (avec références à Jeux interdits et choix sans équivoque : « Juste un garçon/Juste sa bouche/Pas de guitare ») ; et puis leur acquisition du jardin Majorelle à Marrakech – « Les jaunes vifs qui émerveillent/Même le soleil » -, les virées nocturnes, la drogue, la dépression.


Ombres et lumières, rock et acoustique : Alain Chamfort crée une oeuvre empreinte d’une admiration pudique. Ecrit avant la mort du couturier, Une vie Saint Laurent a attendu la fin d’une période de deuil, demandée par Pierre Bergé, et l’exposition du Petit Palais. « Cet album a coûté cher, précise le chanteur. Parce que c’est un sujet qui a beaucoup de tenue. » Parce qu’il lui fallait des cordes (l’Orchestre de Budapest), des instruments à vent, des atmosphères – à ce chapitre Jean-Philippe Verdin a heureusement choisi la fluidité et le plaisir.

LE MONDE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s